« Comme le démontrent tous ceux qui traitent de politique et comme le prouvent les exemples historiques, il faut que le fondateur d’un Etat et que le…


« Comme le démontrent tous ceux qui traitent de politique et comme le prouvent les exemples historiques, il faut que le fondateur d’un Etat et que le législateur supposent par avance que tous les hommes sont méchants, et qu’ils sont prêts à mettre en œuvre leur méchanceté toutes les fois qu’ils en ont l’occasion. »
« Les bons exemples proviennent de la bonne éducation, la bonne éducation des bonnes lois, les bonnes lois des troubles, qu’un grand nombre condamne à tort. Quiconque, en effet, examine attentivement leur issue ne peut trouver qu’ils ont engendré des exils ou des violences préjudiciables au bien commun, mais au contraire des lois et des institutions utiles à la liberté publique. »
Nicolas Machiavel, « Discours sur la première Décade de Tite-Live », I. IV. (Trad. Christian Bec)


Anna Guin
septembre 6, 2017

Romain Lczeau Machiavel prônait les BBZ publics, donc. Tu fais le métier le plus vieux du monde en fait. (Juste pour le plaisir de te tagger sous un article de La Croix)

Romain Lczeau
septembre 6, 2017

Anna Guin, je me méfie des phrases qui contiennent à la fois « métier », « plaisir » et « croix », mais je te reconnais quand même fort bien dans ce rapprochement. Lol à part, l’enjeu de la politique de la Renaissance est celui de la paix civile, ce qui renvoie à des enjeux et des dimensions qui ne sont celles d’aujourd’hui que dans l’optique de rendre Macron vaguement mitterandien. Ou Jaworskien 🙂

Anna Guin
septembre 6, 2017

Rrrrhhoooo…

Aleister Arpad
septembre 6, 2017

Intéressant point de vue qui illustre une réalité : un pouvoir n’est jamais aussi fort que lorsque son opposition fait partie du système.

    Anna Guin
    septembre 6, 2017

    Aujourd’hui ce n’est plus d’opposition qu’il s’agit, on la chercherait en vain… ! Je crois que c’est vraiment une grossière erreur, et dangereuse, que de chercher à s’autopersuader qu’en 2017 et ici nous puissions en être encore à rejouer le fantasme de l’absorption de la contre-culture américaine par son système dans les 1970s…

    Aleister Arpad
    septembre 6, 2017

    Je parle de la vraie opposition justement. Quand elle disparaît, elle sort en fait du système et celui-ci perd sa force centrifuge.

Anna Guin
septembre 6, 2017

Aujourd’hui ce n’est plus d’opposition qu’il s’agit, on la chercherait en vain… ! Je crois que c’est vraiment une grossière erreur, et dangereuse, que de chercher à s’autopersuader qu’en 2017 et ici nous puissions en être encore à rejouer le fantasme de l’absorption de la contre-culture américaine par son système dans les 1970s…

Aleister Arpad
septembre 6, 2017

Je parle de la vraie opposition justement. Quand elle disparaît, elle sort en fait du système et celui-ci perd sa force centrifuge.

Sylvain Grandjean
septembre 6, 2017

C’est amusant, mais l’observation de macronus premier m’a justement donné envie de relire Le prince.. J’ignorais qu’il s’en inspirait fortement mais aujourd’hui cela semble évident. Devons nous croire, que notre nouveau skipper du radeau de la médus…

    Simon Maje Ou Laid
    septembre 6, 2017

    « sociopathe sans empathie »… tiens, en droite ligne avec les « analyses » des professeurs nimbus qu’on trouvait pendant la campagne sur Sputnik… mais bon, même eux ont arrétés, donc c’est sympa de reprendre le flambeau, un tel sens de la mesure manquait au débat

    Sylvain Grandjean
    septembre 6, 2017

    Oh, ce n’est que mon analyse personnelle, et je peux très bien avoir tord, l’avenir nous dira si je me suis fourvoyé ou non, hein.. Et vive la renaissance dans le déni :p

    Simon Maje Ou Laid
    septembre 6, 2017

    Tort on verra, tord(u), vous l’êtes sans doute, à défaut de l’avoir…

    Sylvain Grandjean
    septembre 6, 2017

    Vous êtes irrésistible, et je vous remercie pour cette leçon de français impromptue qui montre justement ma distraction et mon imperfection que j’assume volontiers, vous devriez sans attendre vous atteler à l’écriture d’un one-man show inspiré de la puissance de vos facultés d’observation et de votre sens aiguë du jeu de mot :p

Simon Maje Ou Laid
septembre 6, 2017

« sociopathe sans empathie »… tiens, en droite ligne avec les « analyses » des professeurs nimbus qu’on trouvait pendant la campagne sur Sputnik… mais bon, même eux ont arrétés, donc c’est sympa de reprendre le flambeau, un tel sens de la mesure manquait au débat

Sylvain Grandjean
septembre 6, 2017

Oh, ce n’est que mon analyse personnelle, et je peux très bien avoir tord, l’avenir nous dira si je me suis fourvoyé ou non, hein.. Et vive la renaissance dans le déni :p

Simon Maje Ou Laid
septembre 6, 2017

Tort on verra, tord(u), vous l’êtes sans doute, à défaut de l’avoir…

Sylvain Grandjean
septembre 6, 2017

Vous êtes irrésistible, et je vous remercie pour cette leçon de français impromptue qui montre justement ma distraction et mon imperfection que j’assume volontiers, vous devriez sans attendre vous atteler à l’écriture d’un one-man show inspiré de la puissance de vos facultés d’observation et de votre sens aiguë du jeu de mot :p